LES PENSÉES DE L’INVISIBLE | Collection

La démarche spirituelle | #14

2 Mai 2020 | LES PENSÉES DE L'INVISIBLE | Collection

L’important, pour réussir votre démarche spirituelle, c’est de comprendre et de parvenir au regard sur soi.

#14 – L’important, pour réussir votre démarche spirituelle, c’est de comprendre et de parvenir au regard sur soi. Finalement, en spiritualité, ce qui compte le plus, c’est le détachement, le recul.

La plupart du temps nous entendons qu’il faut s’aimer, qu’il faut arrêter de se juger, et qu’il faut penser à soi, que nous sommes parfaits, beaux comme nous sommes. Cela mène très souvent à augmenter l’orgueil et à ne plus être attentionné aux autres et surtout à ne pas pouvoir se regarder comme nous sommes.

D’un autre côté, penser constamment que nous sommes nuls n’est pas mieux. Tout cela, c’est l’ego, la personnalité. Le recul, c’est un silence, une possibilité de voir ce que nous sommes, de pouvoir juger si nous voulons être ça ou pas.

Nous pouvons, avec le recul, voir nos erreurs, nos qualités aussi, et nous pouvons changer ce que nous voulons changer, d’en être conscient. En nous pensant parfait, nous ne pouvons plus évoluer vers plus de sagesse, d’amour. La perfection n’est qu’un fait présent, non une qualité de « moi ».

Patrice Bailly

#14 – L’important, pour réussir votre démarche spirituelle, c’est de comprendre et de parvenir au regard sur soi. Finalement, en spiritualité, ce qui compte le plus, c’est le détachement, le recul.

La plupart du temps nous entendons qu’il faut s’aimer, qu’il faut arrêter de se juger, et qu’il faut penser à soi, que nous sommes parfaits, beaux comme nous sommes. Cela mène très souvent à augmenter l’orgueil et à ne plus être attentionné aux autres et surtout à ne pas pouvoir se regarder comme nous sommes.

D’un autre côté, penser constamment que nous sommes nuls n’est pas mieux. Tout cela, c’est l’ego, la personnalité. Le recul, c’est un silence, une possibilité de voir ce que nous sommes, de pouvoir juger si nous voulons être ça ou pas.

Nous pouvons, avec le recul, voir nos erreurs, nos qualités aussi, et nous pouvons changer ce que nous voulons changer, d’en être conscient. En nous pensant parfait, nous ne pouvons plus évoluer vers plus de sagesse, d’amour. La perfection n’est qu’un fait présent, non une qualité de « moi ».

Patrice Bailly