Les peintures sonores

#flumpet

Les textes

#01 flumpet | Texte

La Musique

#01 flumpet | Texte | La Musique

La musique vient dans le cœur
De celui qui s’est préparé à l’accueillir,
Car c’est dans le coeur silencieux
Que la musique peut pénétrer
Et le remplir de son chant.

C’est pourquoi celui
Qui en parle ne l’entend pas,
Celui qui s’attribue son chant
Ne l’a jamais entendu,
Et qu’il est dépourvu d’amour.

Car la musique et l’amour,
Sont une seule et même chose.
Voilà pourquoi aimer, c’est se vider de soi,
C’est accueillir en soi comme on respire.

Parfois, pour la sourde oreille,
Dieu vient semer des cailloux,
En offrant cette souffrance.
Qui fissure le cœur afin que
La lumière y entre.

C’est une main tendue,
Une réponse à un coeur qui cherche.
Cela revient au même.
Car quelque soit le sens,
C’est toujours de la vie que tout arrive.

Alors oui, pour celui qui sait tendre l’oreille,
Qui sait s’abandonner à la musique,
Elle vient lui caresser l’âme.
Pour celui qui s’abandonne à la vie,
Elle vient, et le conduit à l’amour.

#09 flumpet | Texte

L’écume

#09 flumpet | Texte | L’écume

Les souvenirs viennent mourir dans la mer,
Il n’en reste que l’écume.

L’écume d’un cœur brisé,
L’écume d’un soir d’été,
Où nos yeux fixaient les étoiles
Et ne formaient qu’un seul rêve.

Toi et moi réunis,
Toi et moi dans l’éternité.

Était-ce bien un rêve mon amour ?
Je ne sais plus !

Mais que vient donc déposer cette vague
Dans cette écume agitée ?
Encore quelques regrets ?
L’amour d’un soir d’été ?

Des souvenirs qui traînent un peu
Avant de s’éteindre dans l’océan ?
Le saurons-nous un jour mon amour ?
Le saurons-nous dis-moi ?

Mais oublions !
Veux-tu ?

Soyons plutôt comme l’écume
Et dansons dans la vague,
Portés un peu par le vent,
Et disparaître sur la grève
Dans le jour finissant.

#15 flumpet | Texte

Si

#15 flumpet | Texte | Si

Si tu ne sais pas faire danser ton coeur,
T’émerveiller d’un oiseau qui chante,
Si tu n’es jamais allé au pays joyeux de l’abandon,
Là, où quelques fées rient encore,
Où quelques peaux frissonnent du désir palpitant de vivre,
Alors tu n’as pas encore vécu.

Si de ton âme, aucun poème n’a éclos,
Aucun dessin ne s’est griffonné sur le papier,
Si tu n’as jamais dansé alors que le spectacle n’avait pas lieu,
Pas joui de l’inattendu,
Alors tu n’as pas encore vécu.

Si tu ne t’es jamais enivré d’un ciel flamboyant,
De la colombe au petit matin,
D’une pluie sur la route encore chaude,
De ces parfums qui composent la symphonie de la vie,

Que tu sais encore hier et demain,
Et que ta vie n’est plus un mystère,
Si au matin tu n’es plus curieux des surprises qui t’attendent,
Et que la peur t’occupe plus que l’aventure,
Alors tu n’as pas encore vécu.

Si tout cela est ta vie,
C’est qu’il est temps,
Temps de vivre maintenant !