SURPRISES ! | Collection

Texte | Patrice Bailly – Aimer n’est pas lutter ! | #N08

Texte offert qui est tiré du prochain livre des pensées de l’invisible de Patrice Bailly – mai 2021

Aimer n’est pas lutter !

La voie spirituelle n’est pas un chemin pour combattre ce qui est.

Très souvent, sous prétexte de méditation, de détachement, ou encore, dans les « satsangs sans amour », dans les « je n’existe pas », ou « je ne suis pas le corps », il arrive que bien des personnes se font plus de mal que de bien.

Pourquoi ?

Parce que la voie authentique, celle de l’amour, vous mène à accueillir, à vous accueillir, à vous comprendre en tant que personne, parce que vous avez appris, ou vous apprenez à ne pas lutter contre vous-mêmes. La plupart des gens vivent avec des masques, des carapaces, des images, ils ne montrent pas ce qu’ils sont, mais un orgueil. Ils tremblent d’être faible, d’être fragile. Voilà pourquoi ils recherchent la puissance spirituelle.

Même si, le plus souvent, ce qui est proposé dans les enseignements spirituels, c’est de lutter contre les émotions, ce n’est pas bon du tout, c’est une dualité, un voile, un aveuglement.

Mais devenir sec, sans sentiment, dans un « pratiquant », un « chercheur » ne l’est pas plus.

Être ce que nous sommes, c’est quelque chose de direct, sans pont, sans chemin, sans distance.

Si vous ressentez de la tristesse, en acceptant cela, vous produisez alors une grande compréhension de vous-mêmes.

L’ego lui, va chercher à punir l’autre de le rendre triste, la tristesse ne sera pas acceptée, elle sera un moyen de combat, de lutte. On encore, vous pourrez vous fermer à elle, ne pas la vouloir, alors que c’est ce que vous êtes. Comment alors vous comprendre ?

Nous vivons dans un monde où on nous apprend plutôt à rechercher le bonheur, la joie, le plaisir, les bonnes choses et à fuir le reste. Alors, nous passons une grande partie de notre vie à souffrir, à lutter.

Quel mal y a t-il à être triste parce que quelqu’un ne vous porte pas d’attention, ne vous considère pas. Cela ne peut-il pas être triste que les gens soient égoïstes ? Doit-on être heureux de vivre dans un monde égoïste, ou chacun ne pense qu’à soi, qu’à son petit monde et n’aime les autres que pour ce qu’ils lui apportent ?

Cette tristesse n’est-elle pas légitime ? (Je ne parle pas de se plaindre, d’être une victime, ce qui est encore une non acceptation de la situation.)

Si vous la réprimez, alors vous ne ferez que chercher à vous adapter à ce qui n’est pas beau, pas aimant.

La tristesse, par exemple, est un panneau, elle vous apprend ce qui se passe. Si vous la refusez, vous refusez de comprendre. La colère, la tristesse, la haine, la joie, toutes les émotions sont là pour vous apprendre.

Elles ne représentent jamais un problème, mais votre lutte contre elle si.

Les gens ne veulent pas souffrir, pas ressentir, pas vivre leurs émotions, ainsi, ils repoussent les émotions et se plongent dans des pratiques spirituelles pour rechercher la joie, la fin de la tristesse, de la colère. Ils méditent, ils font du yoga, ils pratiquent des satsangs, mais au fond d’eux, il reste une grande colère, une grande peine.

Le monde, comme il est, ils n’en veulent pas. Les gens égoïstes, ils n’en veulent pas. La mort, la maladie, les ruptures, ils n’en veulent pas. Leur pratique spirituelle n’a pour but que de se détourner de cela.

Alors, il est bon d’inventer un personnage sans émotion, sans existence, un non-né, un Soi, un Dieu, un pratiquant, un isolé, une personne dure.

Apprenez à aimer ce que vous êtes, ce que vous ressentez, apprenez à écouter les choses ici et maintenant, les autres, à voir vos peurs, vos désirs, à comprendre pourquoi vous souffrez et à savoir quoi faire pour ne plus souffrir. Apprenez à aimer votre colère, votre peine. Ne vous jugez pas en pensant, ce n’est pas spirituel, ce n’est pas de l’amour.

Tout cela, vous pourrez le faire grâce au silence, grâce à la rencontre avec vous-mêmes. Tant que vous refuserez d’être vide, rien, d’être sans mental, vous ne pourrez pas rencontrer l’endroit qui voit tout cela, car l’orgueil sera un voile permanent sur ce que vous êtes.

Apprenez donc à être seul, sans pensée, à faire un, dans le silence, dans l’ici. Voyez la peur venir, les désirs venir, voyez les émotions venir, écoutez votre corps, les autres, voyez le monde comme il est. Voyez la violence, le mal, le bien, l’attention, le mensonge, tout, voyez, car tout est en vous, et allez vers la paix, vers l’accueil, vers l’amour.

Patrice Bailly