SURPRISES ! | Collection

Texte | Patrice Bailly – Ne plus souffrir est possible ! | #N15

Texte offert qui est tiré du prochain livre des pensées de l’invisible de Patrice Bailly – mai 2021

Ne plus souffrir est possible !

La souffrance psychologique que nous éprouvons, plus ou moins fortement suivant les moments de notre vie, provient d’une partie en nous qui produit une lutte constante contre l’être.

La plupart des gens pensent que cela est inévitable, que l’on doit faire avec cette souffrance.

Aussi, certains êtres ont eu cette expérience authentique que vivre sans cette souffrance est possible.

L’expérience de ces êtres, c’est qu’ils ont vu que cette souffrance provient en fait d’un ego, d’un petit moi, d’une personnalité, qui n’est pas ce que nous sommes, mais une construction dans le mental nommée « je », qui provient de l’attachement au corps.
Ces êtres sont nommés « réalisés », ou « sages », ou « maîtres spirituels », en ce sens qu’ils ne sont plus ignorants de ce qu’ils sont. Ils ont vu qu’ils sont l’être et non cette personnalité qui s’oppose à l’être, lutte dans l’être, désire et a peur dans l’être.

Cet ego, dans sa lutte, fait souffrir, car il veut les choses autrement qu’elles sont, il croit posséder et a peur de perdre ce à quoi il tient, il se pense attaché. Il ne peut jamais être satisfait de ce qu’il a, il se bat pour obtenir et lorsqu’il a, l’insatisfaction le fait toujours et encore lutter pour en avoir plus. C’est une chaine sans fin entre joies et peines. Lorsqu’il accepte certaines choses, c’est parce qu’il les remplace par d’autres. Il passe d’un attachement à un autre. Il lutte contre un état physique, contre une situation. Il est frustrer, souffrant, en colère, triste, ou heureux de ces nouveaux jouets.

Mais son problème reste le même et la lutte ne cesse pas.

Chaque jour il doit produire, faire, aller de l’avant, se battre, trouver des solutions , et il n’est jamais vraiment en paix, vraiment heureux. Son bonheur tient à des conditions et lorsque ces conditions sont atteintes, il en recherche d’autres.
Je pourrais parler longtemps sur cet ego et tout le mal qu’il fait en nous et au-dehors de nous, tout étant le reflet de nous-mêmes. Mais le plus important, c’est que je veux vous transmettre mon expérience, que tout cela, vous pouvez y mettre fin grâce à la découverte de la vérité, à la fin de l’ignorance de soi.
C’est à dire en prenant conscience que vous n’êtes pas cette personnalité, cette lutte, ce temps psychologique.

Un guide authentique est une personne qui a fait ce chemin de voir la vérité et qui la transmet à celui qui désire vivre dans la paix, sans souffrance, sans lutte, sans « je ».

Comme je l’ai dit au début, bien des gens ne savent pas que cela est possible.

Mais pour d’autres, elles portent un intérêt à cette voie spirituelle, à la recherche de Soi, de l’amour authentique, libéré de l’ego. Elles savent quelque part en elles que cela est possible, et elles veulent cela.

Aussi, au départ, ces personnes tomberont dans le piège de faire le chemin par l’ego, par cette personne qu’elles ne sont pas.
C’est ce que je nomme développement personnel, peu importe qu’on le nomme spiritualité, ou non-dualité, ou satsang, ou coaching, ou ce que vous voulez, l’important est de comprendre que cette personne qui n’est qu’une lutte et donc une absence de paix, va au départ être celle qui va faire le chemin, la pratique, celle qui va désirer la joie, la paix, l’amour, celle qui va rechercher.
Vous pourrez peut-être en prendre conscience si vous découvrez que la lutte ne cesse pas car vous agissez toujours à partir de ce « moi ».

Vous pourrez par exemple, en cet ego, imaginer ce qu’est l’amour, la joie et être en attente de votre concept. Ainsi, si votre corps est souffrant, vous penserez que vous n’y êtes pas encore à cette paix, car votre corps souffre. En fait, la paix est l’acceptation de votre corps souffrant, car vous n’êtes pas le corps et il n’y a personne pour supprimer la souffrance présente dans le corps.

Ce qu’il faut donc comprendre, c’est que c’est ce à quoi vous êtes attaché, ce qui vous semble être vous-même que vous devez abandonner.

Un autre exemple, vous pourrez vous dire de rester en silence, ou bien de rester en paix devant ce qui est, mais dès l’instant où vous allez produire ce concept, votre mental va travailler et vous serez donc dans ce « moi » qui lutte.

Il y a toujours avec ce « moi » un trajet pour aller quelque part.
L’ego va toujours quelque part.
C’est vrai qu’il est difficile, sans être en compagnie des sages de réaliser tout cela, car le monde dans lequel nous vivons ne fera que vous dire que vous avez le contrôle sur le présent, comme si une dualité existe. Ce monde de mensonge, ce monde aveugle, vous dira aussi que si votre corps est souffrant, c’est « votre » faute et que vous pouvez le changer maintenant, mais que vous ne vous y prenez pas bien. Ou encore, il vous dira d’aller voir des spécialistes qui ont le pouvoir de changer les choses. Vous y croirez et vous souffrirez, car vous devrez lutter.

Ce n’est pas différent d’ailleurs dans une fausse voie spirituelle. On pourra effectivement vous dire que c’est de votre faute si vous n’êtes pas joyeux, pas en paix au sens personnel. Je veux dire que l’on vous indiquera une action, un trajet, une lutte.

La paix se mérite, oui, mais pas par le chemin de lutte, mais plutôt par la compréhension de voir la lutte « je » et de l’abandonner. L’amour est donc la seule voie.

Je le répète, en vous, il y a quelqu’un, que vous n’êtes pas, qui prend sa voiture pour se rendre à un autre point. Il se rend à demain, à l’amour, à lui, à la paix, à la non violence, à la réussite, à la pratique, à la méditation. Alors, cela est la lutte de « je ».

C’est pourquoi Maître Eckhart disait « lorsque tu te trouves, supprime-toi ! ».
C’est une façon de parler, ce n’est pas un trajet.
C’est la compréhension que vous ne pouvez pas aller à vous-mêmes car vous-mêmes est le témoin de tout. Tout est en vous et rien ne peut être rejeter. Il veut dire qu’une illusion doit être vue.
Lorsque le mental fait un chemin dans vous, il ne va en fait nulle part, c’est une illusion.
Le « je » ne va nulle par, il n’est qu’une illusion mentale.

C’est pourquoi, lorsque vous savez qui vous êtes, c’est à dire que vous faites l’expérience de votre vrai Moi, vous êtes en paix. Vous ne pouvez plus être attaché, plus être dans le désir et la peur.

Comment ce qui est avant toutes choses et les contient toutes pourrait les désirer ou en avoir peur ?

Comment l’être, unique, pourrait-il en se connaissant avoir peur de lui ou se désirer.

Tout est Dieu et vous êtes Dieu. Pas au sens égotique et orgueilleux, bien évidement, au sens réel !
Si à un moment vous constatez qu’effectivement, la voie que vous pratiquez est une lutte, c’est que vous ne voyez pas qui vous êtes.

Si la personne qui vous guide ne vous permet pas dans le reflet de le voir, c’est que vous n’êtes pas en compagnie d’un sage, mais d’une personne qui parle de ce qu’elle ne connaît pas.

Un guide ne vous permet pas de faire le chemin d’un point à un autre, il vous montre votre ego comme illusoire.

Bien sur, cela pourra s’avérer inconfortable un moment, car l’ego va lutter et lutter, et si vous ne le voyez pas, vous ne pourrez pas abandonner cette lutte.

Sans doute aussi que devant le guide qui représente la paix, donc la non lutte, votre ego se sentira pris au piège ou en colère, car il ne trouvera pas de chemin à faire, ou bien, il voudra croire à un chemin que le guide ne va pas confirmer.

Ou encore, ce qui arrive le plus souvent, l’ego partira, car il a besoin de sécurité, de savoir, de connu, alors que ce que vous êtes ne peut jamais être connu, puisque c’est ce qui fait l’expérience de tout.

Voyez-vous un peu de quoi je vous parle ?
Je ne fais ici que vous guider déjà à votre Soi, je ne vous indique pas un chemin, mais je vous montre la réalité.
En vous, quelque chose veut aller à, alors que vous êtes. Le voyez-vous peut-être en ce moment ?

C’est cela que vous devez découvrir. Alors vous serez en paix. Patrice