SURPRISES ! | Collection

Texte | Patrice Bailly – La foi est le remède ultime | #N10

Texte offert qui est tiré du prochain livre des pensées de l’invisible de Patrice Bailly – mai 2021

La foi est le remède ultime.

Apprendre à aimer la vie, à accueillir les choses de bon cœur est la voie authentique.

Il ne s’agit pas seulement d’accepter, de méditer et de laisser passer, il s’agit de tout aimer comme Dieu lui-même.

Et c’est là où tout devient plus difficile, car pour y parvenir, l’ego doit être détruit.
Pour y parvenir, les peurs et les désirs devront être detruits.
Il est impossible d’accueillir la vie de bon cœur tant qu’il y a des peurs et des désirs, et il se trouve que ces peurs, ces désirs, constituent l’ego.

Voilà pourquoi je dis que la foi est difficile car elle vous demande d’abandonner tout ce que vous pensez être, cette personne avec ses illusions, tout ce à quoi vous tenez. On peut donc dire qu’il faut un retournement dans lequel Dieu reste le seul désir.

Dans l’amour, les illusions sont détruites. Si vous laissez l’amour opérer en vous, il ne restera rien de vos illusions, de vos rêves.

Ce qui doit être détruit, c’est ce vous-même. On dit « mourir de son vivant » ou « mourir pour renaître à Soi » ou « de soi à Soi ».
Il est important de comprendre cela, car la voie est et comporte cette étape de « purification » qui demande de s’abandonner à Dieu, d’accueillir de bon cœur tout ce qu’il donne sans aucune exception, de l’aimer comme Dieu lui-même. Il y a ici une relation aimante, un acte du cœur. Ce n’est pas une religion, pas un enseignement, pas une voie spirituelle, c’est vous qui décidez d’aimer Dieu, de vous donner à lui.

Pour un être humain « normal », ce que je propose ici est une folie, une faiblesse, un manque de fierté, un manque d’assurance, c’est perdre le combat. Pour lui, l’amour est une chose personnelle qui contient ce qu’il aime et n’aime pas, ce qu’il désire et ne désire pas. C’est sa personne, sa vie, son monde, son but, ses rêves.

Vous devez perdre le combat pour que Dieu entre en vous. C’est juste. Le servir, c’est ne plus être personnel, égoïste.

Après cela, il ne s’agit plus de vous et de vos préférences, de votre amour égoïste et divisé, il s’agit d’aimer ce que Dieu vous donne, vous ne pouvez plus décider du chemin, vous accueillez le chemin.
C’est très différent, et c’est pourquoi vous êtes heureux, car vous ne résistez plus, vous ne vivez plus dans la peur.
Je comprends que pour la majorité des êtres, ce ne soit pas envisageable.
Pourtant, c’est la seule voie qui mènera le monde à la paix, à l’amour.
Sans la destruction de « moi », l’amour n’est pas accessible et il ne peut donc se refléter dans le monde.

Ne pas considérer cette voie comme l’unique chemin vers la joie des êtres, c’est laisser un monde aller à sa perte.

Donc je le répète, car ceci est le but premier de ce message : vous ne devez pas simplement accueillir, accepter, méditer, comme un bon élève ou le faire pour obtenir la paix, car on ne transactionne pas avec Dieu. Vous devez apprendre à accueillir de bon cœur, aimer, tout ce que Dieu vous donne.

Le refus est « moi », l’orgueil, votre ego.
L’abandonner pour Dieu avec amour est la guérison. Cela ne tombera pas du ciel et ne se fera pas sans vous, votre vrai Soi. Vous devez développer une grande force, qui se trouve dans l’amour, pour y parvenir. Cette force est la foi. Et plus les moments seront des moments difficiles, plus cette force sera mise à l’épreuve. Plus votre amour pour Dieu devra se développer. Ceci est la voie.
Tout le reste, c’est de l’amusement de l’ego, du commerce spirituel, du faux. Patrice