EXTRAITS DE LIVRES | Collection

Tomber amoureux ou s’élever en amour ? | #01

25 Avr 2020 | EXTRAITS DE LIVRES | Collection

Aimer à l’extérieur, aimer quelqu’un, ce n’est toujours que pour un moment, et jamais dans une totale harmonie.

 

La raison en est simple, cet amour n’est construit que sur des illusions. La relation égotique produit des attachements qui sont des voiles sur la relation spirituelle.
La difficulté est de parvenir à aimer, c’est-à-dire à faire l’expérience de l’unité, de l’être, et en même temps celle de l’individualité.

Les attachements des sentiments apportent la crainte, le besoin, la fermeture, les habitudes qui tuent la vie.
Ces attachements apportent la fusion, des couples qui se perdent dans « qui est qui ? », des peurs de ne pas être aimé, de mal aimer.

Lorsque l’on tombe amoureux, c’est une affaire du mental, une idéalisation, des illusions, donc des attentes, des besoins.

La possession détruit petit à petit, elle fait souffrir. L’illusion d’un amour extérieur pour la vie peut, pour toujours, laisser celui ou celle qui perd cet amour, triste, déprimé, en colère, aigri, fade.

Parfois, les vengeances que l’on peut mettre en place après avoir perdu l’objet de notre amour sont très violentes, perverses. Pour récupérer son amour, on peut être prêt à tout, se traîner à ses pieds ou le manipuler par le chantage affectif.

Des êtres qui n’ont pas trouvé qui ils sont, ou bien qui se prennent pour ce qu’ils ne sont pas, ne peuvent pas vivre dans la réalité de l’amour.

L’amour éternel, inconditionnel, est un amour qui se trouve en nous et que l’on peut donner, justement, de l’avoir trouvé à l’intérieur de nous et non au-dehors, dans le mental. Devenir cet amour est un long travail, une discipline. Cela passe par trouver ce qui n’est pas l’amour, puis s’en défaire.

Trouver les illusions et les abandonner demande de le vouloir, d’affronter, de rechercher au-dedans, de sacrifier des rêves illusoires, de trouver le vrai, le juste. L’image de soi doit être détruite, sans quoi, vivant dans des images, nous ne pouvons voir la réalité.

Aimer, c’est maintenant, c’est un sacrifice de soi, de sa petite personne, pour donner.

Tout ce qui se rapporte à « moi » est orienté dans la direction inverse de l’amour.

Patrice Bailly